Gestion de trésorerie : une préoccupation fondamentale

En entreprise, la trésorerie est un indicateur qu’il est très important de suivre, d’analyser et d’optimiser. Le développement de l’activité en dépend. Ainsi, une gestion de trésorerie défaillante peut déclencher une chaîne de problèmes, voire mettre en péril l’existence de l’entreprise.

Alors, de quoi parle-t-on exactement quand on parle de trésorerie ? Pourquoi est-il fondamental pour l’entreprise de bien gérer la trésorerie ? Et finalement, comment la maîtriser en permanence ?

Nous répondons ici à toutes ces questions.

Trésorerie, trésorerie nette : définitions et interprétations

La trésorerie d’une entreprise correspond à l’ensemble des fonds disponibles, mobilisables à court terme. Elle comprend donc les avoirs déposés en banque, les fonds disponibles en caisse et les valeurs mobilières de placement.

Il s’agit d’un stock, d’une somme d’argent valorisée à un instant donné, que l’entreprise peut utiliser immédiatement pour faire face à un besoin. Ainsi, la trésorerie se distingue du flux de revenus que représente le chiffre d’affaires ou encore du résultat.

Pour évaluer la santé financière d’une entreprise, il faut prendre comme indicateur la trésorerie nette. C’est la trésorerie telle que définie ci-dessus à laquelle on retranche l’ensemble des dettes à court terme : salaires du mois, loyers, achats, charges sociales et fiscales, découverts bancaires et autres dettes financières à court terme, etc.

On peut aussi avoir une approche par le haut du bilan comptable. La trésorerie nette s’obtient alors par différence entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement.

Quelles interprétations en fonction de la valeur de la trésorerie nette ?

Une trésorerie nette positive indique que la situation financière de l’entreprise est saine. Ses disponibilités sont supérieures aux dettes à court terme. Les ressources permettent de couvrir les besoins et les charges sans recours à des aides extérieures.

Si la trésorerie nette est nulle, la situation financière est à l’équilibre mais l’entreprise ne dispose d’aucune marge de manœuvre. Tout retard de paiement d’un client, toute dépense exceptionnelle ou autre augmentation du besoin en fonds de roulement la placerait dans une situation délicate.

Enfin, lorsque la trésorerie nette est négative, l’entreprise ne dispose plus des ressources suffisantes pour faire face à ses besoins. La situation financière est déficitaire. Alors, le recours au découvert bancaire ou à d’autres modes de financements à court terme est inévitable.

Si cette situation devient structurelle, l’entreprise est potentiellement en danger. Elle ne peut plus se développer. Parfois, elle finit même par ne plus pouvoir poursuivre normalement son activité et le risque de faillite augmente significativement.

Pourquoi la gestion de trésorerie est-elle fondamentale ?

Une bonne gestion de trésorerie requiert du temps et des efforts continus. Ce travail fastidieux est toutefois indispensable : le développement de l’entreprise et sa pérennité en dépendent.

En effet, une mauvaise gestion de trésorerie peut vite conduire dans une spirale négative et aboutir à la cessation de paiements. Le sort de l’entreprise est ensuite entre les mains du tribunal de commerce. Celui-ci peut alors décider d’une mise en redressement judiciaire voire d’une liquidation judiciaire.

Sans aller jusqu’à ces extrêmes, une gestion de trésorerie défaillante ne garantit pas à l’entreprise qu’elle pourra honorer ses engagements. En cas de trésorerie insuffisante lors du paiement des salaires, loyers, factures, impôts, taxes et charges sociales, l’entreprise devrait faire face à des problèmes coûteux, chronophages et potentiellement dommageables pour son image.

Plus simplement encore, une gestion de trésorerie optimisée permet de disposer d’une vision plus précise sur les flux entrants et sortants de l’entreprise et de leur répartition. C’est un atout pour prendre de meilleures décisions dans la gestion globale de l’entreprise. Et en particulier pour réduire les coûts.

Comment maîtriser et optimiser la trésorerie ?

Le premier moyen pour maîtriser la trésorerie de l’entreprise consiste à mettre en place un plan de trésorerie prévisionnel. Il s’agit de prévoir les encaissements et les décaissements mensuels, et par conséquent la situation de la trésorerie nette à la fin de chaque mois.

C’est un travail rigoureux. Il faut régulièrement l’actualiser et ne pas négliger les petits montants car leur accumulation peut représenter des sommes significatives.

Le plan de trésorerie utilise un tableur ou mieux encore un logiciel de comptabilité. Rappelons d’ailleurs que les comptes manager.one peuvent être interfacés avec votre logiciel comptable, ce qui facilite le suivi des dépenses et de la trésorerie.

Ainsi, la gestion de trésorerie prévisionnelle permet d’imaginer des solutions préventives ou palliatives en anticipation. Dans le cas d’une trésorerie nette négative non anticipée, il faut immédiatement analyser les causes. Par conséquent, on saura déterminer si la situation est passagère ou si elle risque de persister.

Dans la seconde hypothèse, il faut prendre des mesures rapides pour reprendre le contrôle sur la trésorerie. Ces dispositions peuvent être de deux ordres :

  • augmentation du fonds de roulement: prêt à long terme, augmentation de capital, optimisation des investissements…
  • maîtrise du besoin en fonds de roulement: efforts sur le suivi des impayés clients et le recouvrement, négociation des contrats et des délais de paiement fournisseurs, optimisation de la gestion des stocks…

Bien entendu, le plan de redressement de la trésorerie sera plus efficace s’il engage simultanément diverses actions.

Carte-Justificatif