Levée de fonds : 7 conseils pour convaincre les investisseurs

La levée de fonds est un financement d’entreprise sous forme de capital. Ici, pas d’intérêts ou de garanties comme pour un prêt professionnel, mais un retour sur investissement (ROI).

L’entrepreneur qui créé son entreprise y voit l’opportunité d’augmenter ses fonds propres – nécessaires au lancement de son activité – sans pour autant s’endetter. En effet, un investisseur devient par définition actionnaire : il touchera des dividendes s’il y en a, ou bien profitera d’une plus-value lors de la revente de ses parts.

Réaliser une levée de fonds n’est cependant pas chose aisée. Elle impose en effet de convaincre des investisseurs.

Afin de vous aider dans vos démarches, la banque en ligne pour les professionnels manager.one vous livre aujourd’hui 7 conseils pour convaincre des investisseurs et réussir votre levée de fonds.

1. Tester son projet d’entreprise avant d’envisager une levée de fonds

Les investisseurs ne financent pas un projet juste parce que celui-ci leur plaît. Ils le font dès lors que des leviers de croissance ont été identifiés.

Comment y parvenir ? En mettant en place un prototype, ou un produit minimum viable (MPV en anglais). Cela permet de tester la viabilité de votre offre sur le marché et donc d’optimiser votre levée de fonds.

Vous disposez pour cela de plusieurs moyens :

  • Réaliser une étude de marché.
  • Opter pour une couveuse d’entreprises. Le créateur peut alors facturer ses prestations sous le statut juridique et fiscal de la couveuse.
  • Rejoindre une coopérative d’activités et d’emploi (CAE). C’est le même principe que la couveuse d’entreprises, mais en étant salarié de la coopérative. Tous les salariés deviennent alors des co-entrepreneurs des différents projets
  • Développer votre projet au sein d’un incubateur. Cette solution est adaptée aux entreprises innovantes qui ont besoin d’une structure d’accueil et d’accompagnement dans leur phase de Recherche et Développement.
  • Créer un statut d’auto-entrepreneur dans un premier temps. Ce statut social et fiscal simplifié vous permettra de tester sans risques – et avec des charges considérablement réduites – votre idée d’entreprise. Le passage en société sera ensuite possible.

2. Cibler les investisseurs

Vous pouvez avoir besoin de réaliser une levée de fonds à différents stades de la vie de votre entreprise. Cela ne veut pas dire que les investisseurs, eux, sont les mêmes. Soyez donc progressif dans votre recherche de financement et sachez frapper à la bonne porte.

Si par exemple, vous ne possédez pas de fonds de propres, inutile de rechercher un financement auprès d’un fonds de capital-risque. Privilégiez d’abord votre entourage (famille et amis). On parle de la love money.

Une fois votre capital initial constitué, vous pouvez alors lever des fonds auprès d’autres investisseurs pour votre capital amorçage : business angels, fonds d’amorçage (FNA, BPI France), campagne de crowdlending en ligne…

Ce n’est qu’à l’heure où votre entreprise réalise son premier chiffre d’affaires et confirme son prévisionnel financier, que vous pouvez faire appel à des fonds de capital-risque, ou encore « capitaux-risqueurs ». Ces investisseurs sont en effet prêts à financer un projet pour des sommes dépassant parfois des milliers d’euros et sans garantie si ce n’est un fort potentiel de croissance.

Enfin, si vous cherchez à agrandir votre entreprise ou vous développer à l’international, vous pouvez dans ce cas recourir au capital développement. À nouveau, la BPI peut intervenir à l’aide de fonds d’investissements.

3. Faire un business plan

Que vous soyez au stade de la création d’entreprise ou en pleine phase de croissance, il vous faut un business plan.

Vous ne feriez pas construire ou agrandir une maison sans examiner de près les plans d’un architecte et les devis des différents corps de métier ? Eh bien, dites-vous qu’un investisseur non plus.

Votre business plan est primordial pour attester de la viabilité économique de votre projet d’entreprise. N’oubliez pas d’y inclure un bref résumé de votre projet en 1 ou 2 pages maximum : l’executive summary.

4. Soigner sa présentation

Si un business plan permet en partie de convaincre par les chiffres, il ne faut pas pour autant négliger les mots. En tant que porteur de projet, vous devez donner envie aux investisseurs de vous suivre.

Que le format soit un Power Point, une vidéo ou un elevator spitch (présentation orale très rapide), voici quelques règles à respecter :

  • Ne jamais improviser. Préparez votre présentation et entraînez-vous devant votre entourage.
  • Ne vous perdez pas dans les chiffres. Répondez simplement à cette question : « Comment allez-vous gagner de l’argent ? ».
  • Allez droit au but, car les investisseurs ont souvent peu de temps à vous accorder. Votre projet doit pouvoir être présenté en 5 minutes.
  • Valorisez votre projet tout en restant réaliste. L’humilité est aussi un critère important pour la levée de fonds
  • Donnez de la personnalité à votre projet. Les investisseurs misent sur une entreprise, mais aussi sur des personnes, leurs valeurs et leurs compétences. N’oubliez pas d’inclure votre équipe dans votre présentation.
  • Enfin, sachez anticiper les questions et leurs réponses.

5. Présenter une équipe solide

Un investisseur mise sur une équipe et non pas uniquement sur un porteur de projet. C’est pourquoi il est primordial d’inclure vos collaborateurs lors de votre recherche de financements.

Votre équipe doit apparaître à la fois dans votre business plan et dans votre pitch de présentation. Une équipe complémentaire et soudée est un gage de réussite. Les investisseurs le savent et l’apprécient.

6. Accepter d’être challengé par les investisseurs

Un business plan n’est jamais figé. Un investisseur se montre intéressé mais vous demande de revoir votre plan de financement ou le lancement de votre produit ? Ne voyez pas cela comme un frein, mais plutôt comme un moteur pour améliorer votre activité. Gardez à l’esprit que vous et les investisseurs portez un intérêt commun : la croissance de votre entreprise.

Si besoin, vous pouvez également faire appel à des spécialistes pour vous soutenir dans votre levée de fonds : expert-comptable, avocat, chef d’entreprise, voire même leveur de fonds professionnel.

7. Ne pas avoir peur d’innover pour une levée de fonds

L’innovation est importante pour les investisseurs et peut se décliner sous plusieurs formes :

  • Apporter une réponse supplémentaire à un besoin existant.
  • Se distinguer de ses concurrents sur une offre existante.
  • Proposer un nouveau produit qui va créer un besoin.

Le caractère innovant de votre projet d’entreprise est souvent perçu comme un levier de croissance par vos investisseurs. Ce n’est donc aucunement une barrière au financement, à condition, toutefois, que vous respectiez les six conseils précédents.