Le crowdfunding immobilier qui propose des rendements de 8 à 10% par an : Quentin Romet, co-fondateur d’Homunity

Homunity une plateforme qui permet à des particuliers d’investir dans l’immobilier dès 1 000 euros avec des rendements entre 8 et 10%* par an.

Son co-fondateur, Quentin Romet, revient sur le développement de cette entreprise au succès grandissant et nous explique ce qu’est le crowdfunding immobilier.

Pouvez-vous nous présenter l’activité d’Homunity  ? Quelle est l’histoire de cette entreprise, fondée en 2014  ?

Homunity est une plateforme web qui propose à des particuliers d’investir dans le monde de l’immobilier dès 1 000 euros. L’objectif initial était de proposer un placement assez accessible, de par le prix mais aussi par des rendements attractifs. Aujourd’hui, nous proposons des rendements entre 8 et 10%* annuel.

Il y a 6 ans, on a créé Homunity avec mon associé en sortie d’école. On s’était rendu compte qu’avec notre petit pouvoir d’achat, il nous était impossible d’investir tout seul dans l’immobilier. En regardant le rendement des livrets A, des assurances-vie, des SCPI, on s’est alors dit que c’était pertinent de créer une plateforme web permettant de regrouper plein de particuliers qui ne se connaissaient pas pour investir dans des projets immobiliers.

On a ainsi convaincu des particuliers, des entreprises, puis des fonds d’investissement et des institutionnels, d’investir sur notre plateforme Homunity.

8 à 10%* par an : qu’est-ce qui permet d’octroyer ce rendement ?

On participe au financement des fonds propres des promoteurs immobiliers. En d’autres termes, on aide des promoteurs immobiliers à construire les immeubles sans jamais remplacer la banque, il y a toujours un crédit bancaire qui intervient mais nous, on est sur la partie fonds propres.

Qu’est-ce que le crowdfunding immobilier, en quelques mots  ?

Le crowdfunding est un terme anglo-saxon qui se compose de « crowd » la foule, et « funding » le financement, donc concrètement il s’agit de financer des opérations par la foule, de faire appel public à l’épargne à plein de personnes qui ne se connaissent pas. Et appliqué au monde de l’immobilier, c’est pour financer des opérateurs immobiliers, tout simplement.

Crowdfunding, crowdlending, quelle différence ?

Le crowdlending consiste à accorder un prêt à la place des banques. C’est le cas par exemple de credit.fr ou d’October qui octroient actuellement des PGE (Prêt Garanti par l’État). Homunity investit au niveau des fonds propres des opérateurs immobiliers et n’a absolument pas pour vocation à remplacer les banques, c’est vraiment un investissement qui s’effectue à leur côté.

Sur le plan fiscal, quel est l’intérêt de la plateforme pour les prêteurs ?

L’intérêt de ces placements est qu’ils sont assujettis à la flat-tax qui sont les revenus mobiliers donc moins taxés que les placements immobiliers. Pour certains investisseurs, l’avantage est que notre placement est hors IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) donc il est possible d’investir dans un produit où le sous-jacent est immobilier sans payer l’IFI.

Quel rendement les prêteurs peuvent-ils attendre  ? Est-ce risqué  ?

Depuis la création, on est à un peu plus de 9%* de rendement délivré. C’est élevé, mais on rappelle toujours qu’il y a un risque de perte partielle ou totale du montant investi. Sur un livret A, le capital placé est garanti, chez nous, ce n’est pas le cas. Les performances passées ne présagent pas les performances futures mais pour l’instant ce rendement est réel et sur 250 opérations, il n’y a jamais eu de défaut (perte).

Cela constitue un risque pour deux raisons principales : si le projet ne voit jamais le jour et si la société mère du promoteur immobilier fait faillite. C’est donc notre rôle d’aller analyser chaque opération pour sélectionner les meilleurs projets et limiter tout risque de perte.

Cette année, nous avons audité environ 400 dossiers pour finalement proposer seulement 50 à 60 projets sur la plateforme.

Combien êtes-vous chez Homunity  ?

On est une vingtaine de collaborateurs avec un pôle audit de 5 personnes qui étudie toute la journée les dossiers pour en sélectionner les meilleurs. Ces auditeurs sont soit des anciens banquiers qui sont chez nous, soit des professionnels de l’immobilier.

Quel est le profil type des investisseurs en crowdfunding immobilier  ?

Sur notre plateforme, nous avons un peu plus de 8 000 investisseurs et les profils sont plutôt diversifiés. Mais il y a quand même un profil type chez les particuliers : les cadres de 35 à 45 ans qui ont déjà acquis leur résidence principale et qui cherchent un placement plutôt court terme, sans s’endetter. Nous avons aussi des entreprises qui viennent dynamiser le rendement de leur trésorerie en mettant des fonds chez nous.

Quelle a été l’évolution du crowdfunding immobilier ces 10 dernières années  ?

Le crowdfunding a initialement commencé par le financement des levées de fonds pour des startups. C’étaient donc des particuliers qui se réunissaient pour investir dans le capital de ces sociétés. Cette activité a été régulée dès 2014 par l’Autorité des marché financiers (AMF) avec deux statuts qui sont apparus : le statut de conseiller en investissement participatif et le statut d’intermédiaire en financement participatif. Depuis, chaque année, le marché fait environ 100% de croissance par an – ce qui est une bonne nouvelle pour le monde du crowdfunding.

Avez-vous été confrontés à des obstacles législatifs ou réglementaires lors de la création d’Homunity  ? Comment cette activité est-elle régulée par le droit  ?

Le règlement général de l’Autorité des marchés financiers a créé les deux statuts dont je viens de parler un mois après la création d’Homunity. On voyait ça plutôt d’un bon oeil car c’est toujours plus simple d’exercer sur un marché qui est régulé avec un cadre règlementaire bien spécifique plutôt que d’être sur un marché dont on ne connaît ni les barrières ni les frontières. Selon mon point de vue, c’est très bien qu’un régulateur veille à protéger les épargnants et qu’il n’y ait pas de personnes mal intentionnées qui développent une plateforme de crowdfunding.

Comment le crowdfunding immobilier a-t-il été impacté par la crise de la Covid-19  ?

Il y a eu un vrai ralentissement pour nous en mars-avril car les chantiers étaient tous à l’arrêt. Cette baisse d’activité fut encore plus marquée dans le monde de l’immobilier. Généralement, quand on intervient, les promoteurs immobiliers ont un permis de construire qui est déposé et purgé. Mais compte tenu du report des élections municipales du mois de mars au mois de juin, il y a eu une grande période d’attente et de latence pour les promoteurs immobiliers souhaitant obtenir la purge de ces permis.

L’activité était donc très faible de mars à juin mais en revanche, le mois d’août a été pour nous le meilleur mois depuis notre création. Il y a désormais de nombreux projets à financer et la tendance fut aussi très bonne en septembre. Il y a donc eu un ralentissement indéniable mais l’activité est très bien repartie et nous en sommes contents.

Auriez-vous un conseil à donner aux lecteurs du Journal du Manager souhaitant se lancer dans l’entrepreneuriat  ?

Il y a une citation que j’aime beaucoup. Le fondateur de LinkedIn, Reid Hoffman, a dit qu’entreprendre est comme se jeter d’une falaise et construire un avion pendant sa chute. Pour moi, l’entrepreneuriat c’est vraiment ça. Si tu as une bonne idée avec une bonne vision d’un marché, ou du moins une conviction, alors il ne faut pas hésiter à la développer, à la lancer, et de toute façon cette idée évoluera jour après jour jusqu’à ce que tu découvres le bon modèle et réussir. Le plus important est de commencer à marcher pour développer son idée avant de terminer en courant. Il faut oser faire le premier pas pour que cela marche.

Il faut aussi savoir s’entourer pour réussir à développer son idée mais le plus compliqué reste de se lancer.

Quelles sont vos ambitions pour Homunity  ?

Aujourd’hui on a un peu plus de 40 000 inscrits sur la plateforme et on leur propose exclusivement d’investir dans des projets de crowdfunding immobilier qu’on sélectionne. Demain, on souhaite faire d’Homunity une référence de l’investissement immobilier et proposer aux particuliers d’investir dans des SCPI ou dans des biens immobiliers neufs. L’objectif est qu’à terme, ils aient un portefeuille d’investissements immobiliers diversifié sur Homunity et qu’ils puissent retrouver tous leurs investissements immobiliers au même endroit.

*Les performances passées ne présagent pas des performances futures. 

 

Nos remerciements à Quentin Romet, co-fondateur de Homunity.
Propos rapportés par l’équipe de manager.one.

Carte-Justificatif