Olivier Goy, October : « Nous voulons construire une Europe du financement. »

manager.one est allée à la rencontre d’Olivier Goy, fondateur d’October, une société de prêt aux petites et moyennes entreprises fondée en 2014. October permet ainsi aux PME d’emprunter directement auprès de prêteurs particuliers et institutionnels pour la croissance de leur activité.

Ce chef d’entreprise aguerri a accepté de revenir pour nous sur l’histoire de son entreprise, les clés de son succès et la place des start-ups en France.

Pouvez-vous revenir sur l’histoire d’October ? Comment cette Fintech est-elle née ?

La Fintech October a été créée en octobre (!) 2014, à l’époque sous le nom de Lendix, et a réalisé son premier prêt en avril 2015.

La loi dite « Financement Participatif » a ouvert en France une brèche dans le monopole bancaire, permettant aux épargnants privés et aux investisseurs institutionnels de prêter aux PME.

Depuis fin 2019, October est pleinement opérationnelle dans 5 pays : France, Espagne, Italie, Pays-Bas et Allemagne. Nous avons aujourd’hui prêté 450 millions d’euros à près de 900 projets.

À qui s’adresse October ?

October s’adresse aux entreprises rentables basées en France, Espagne, Italie, Pays-Bas et Allemagne, ayant un chiffre d’affaire supérieur à 250 000 euros et présentant une capacité de remboursement suffisante.

Qu’est-ce qui différencie October des autres plateformes de financement ?

Au delà de notre présence dans 5 pays européens, nous avons deux atouts qui plaisent à nos emprunteurs et prêteurs :

  • Un financement garanti pour les entreprises, grâce à un mix unique de prêteurs particuliers et d’investisseurs institutionnels. Nous pouvons ainsi prêter des montants jusqu’à 5 000 000 euros, et ce sans risque d’exécution.
  • Un alignement d’intérêts avec les prêteurs. Les dirigeants d’October prêtent automatiquement à leurs côtés, c’est ce que nous appelons le « skin in the game ».

Quels ont été, selon vous, les ingrédients du succès d’October depuis 2014 ?

Nous avons toujours mis en avant la rapidité d’emprunt chez October.

Les entreprises testent leur éligibilité en quelques clics sur la plateforme, obtiennent une réponse en 48h et peuvent recevoir les fonds sous 5 jours. La plateforme est simple à utiliser, sans paperasse inutile.

Avec l’Instant Project, nous allons encore plus loin en proposant un outil qui répond en quelques minutes aux demandes de Prêts Garantis par l’État (jusqu’à 250 000 euros). Cela est aujourd’hui unique sur le marché du prêt en Europe.

Vous êtes trésorier de FranceFintech, une organisation créée pour promouvoir les Fintech de notre territoire. Pensez-vous que les start-ups sont suffisamment accompagnées dans leur développement français et international ?

En fait, ce n’est pas forcément un problème d’accompagnement mais un problème juridique et fiscal.

Par exemple, créer une entreprise 01 dans le domaine de la finance et de la technologie n’est pas une évidence sur le plan réglementaire. October, c’est 5 pays et autant de régulateurs.

De la même manière, gérer la fiscalité d’un pays à l’autre pour nos prêteurs est un véritable casse-tête. Nous avons l’Europe dans notre ADN, mais les marges d’amélioration pour que l’Europe devienne simple sont énormes…

October est aujourd’hui opérationnelle dans 5 pays. Comment vous êtes-vous adaptés aux différents marchés ?

Nous sommes animés par la volonté de construire une Europe du financement.

Chaque pays possède ses propres spécificités en termes d’analyse financière, de règlementation ou encore de comportements utilisateurs. Bien que nous tenions à créer des synergies entre pays et à proposer une plateforme unique, nous ne souhaitions pas pour autant éluder les spécificités locales.

La nouvelle règlementation relative au crowdfunding européen (European Crowdfunding Service Providers for Business) nous ouvre la voie vers un développement en Europe plus simple et plus rapide.

Avec l’Instant Project lancé il y a quelques semaines, October mise sur la tech pour garantir une réponse instantanée aux demandes de prêt. Quelle est la place de la tech dans le développement actuel d’October ?

Nos équipes datas et techs ont compilé des données des cinq dernières années d’activité et ont effectué plus de 130 000 backtests pour valider l’outil de risque prédictif lancé il y a quelques semaines : l’Instant Project.

Les PGE sont approuvés de manière instantanée et nous pouvons ainsi accorder de plus gros volumes de prêts rapidement. Je n’en dirai pas plus pour le moment, mais la rentrée promet d’être riche en innovations…

Nos remerciements à Olivier Goy, co-fondateur d’October.
Propos rapportés par l’équipe de manager.one.

Carte-Justificatif