#EntrepreneursStories : ils se sont reconvertis dans l’artisanat

Redonner du sens à son travail, être son propre patron, vivre de sa passion… Chaque année, de nombreux salariés choisissent d’entamer une reconversion dans l’artisanat. Et à raison : l’artisanat est un secteur dynamique dans lequel les possibilités sont vastes.

Portraits : ils ont réussi leur reconversion dans l’artisanat

La banque en ligne pour les professionnels manager.one est allée à la rencontre de quatre entrepreneurs ayant réussi avec brio leur conversion dans l’artisanat. De jolies histoires inspirantes.

Cédric Desbans : du marketing à la lutherie

Avant sa reconversion dans l’artisanat, Cédric Desbans a travaillé de longues années dans le marketing. C’est un nouvel univers qu’il découvre lorsque, il y a huit ans, il reprend la lutherie Jaffré, spécialiste des instruments quatuor à cordes.

Depuis, il travaille main dans la main avec les talentueux luthiers de l’atelier Jaffré. La fabrication, la restauration et la réparation de tous types d’instruments à cordes rythment son quotidien.  

Cédric a également choisi de proposer à la vente un large choix d’instruments de qualité.

Découvrez ce savoir-faire musical sur le site Internet  de la lutherie, ou bien directement à l’atelier et la boutique Jaffré, situés dans le 8ème arrondissement de Paris.

Laura Goninet et Nadège Gaultier : réinventer ensemble la confiture

Nadège Gaultier et Laura Goninet se sont rencontrées lors d’un goûter. Très vite, elles ont partagé ensemble leur passion pour le goût.

C’est ainsi qu’elles ont fondé Confiture Parisienne, dans l’idée de placer la confiture au centre du plaisir alimentaire. Elles proposent ainsi à la vente de savoureuses confitures, imaginées par des chefs réputés et directement fabriquées dans leur atelier parisien.

Pourtant, Nadège et Laura étaient jusqu’alors étrangères au monde de l’artisanat. Pour lancer leur projet, elles ont suivi une formation de confiturier. Peu de temps après, à l’automne 2015, Confiture Parisienne est née.

Découvrez leurs savoureux produits sur le site Internet de Confiture Parisienne.

Alixe Bornon : allier plaisir et santé

Alixe Bornon est un autre exemple de reconversion réussie dans l’univers culinaire.

Après un master 2 en droit et deux années passées dans un cabinet de recrutement, Alixe a choisi de quitter son CDI pour suivre son envie d’entreprendre.

Elle a fondé « Les Belles Envies », un concept de pâtisseries à indice glycémique contrôlé. Diabétique depuis l’âge de 13 ans, elle n’avait pourtant pas décidé de renoncer à sa gourmandise. Après avoir passé son CAP de pâtisserie, elle lance une collaboration avec un médecin diabétologue et un compagnon pâtissier-chocolatier.

C’est ainsi que « Les Belles Envies » naît en 2016. L’idée : se faire plaisir tout en prenant soin de sa santé.

Découvrez les pâtisseries d’Alixe dans ses deux boutiques parisiennes, ou sur le site Internet des Belles Envies.

3 conseils pour entamer une reconversion dans l’artisanat

Il est tout à fait possible d’entamer une reconversion réussie dans l’artisanat, quel que soit son métier d’origine. Cependant, ce projet doit se construire sur la durée et être mûrement réfléchi pour éviter toute déconvenue.

Être sûr de son choix

Avant d’entamer une reconversion à 360 degrés dans l’artisanat, il est important de se poser les bonnes questions. Il existe parfois un fossé entre l’idée que l’on se fait d’un métier et la réalité.

En quittant son emploi, un bilan de compétences peut être envisagé. Il permettra de faire le point sur ses compétences, son expérience et ses envies.

La meilleure solution serait ensuite de « tester le métier » durant plusieurs jours dans le cadre d’une immersion. Certains organismes proposent ainsi de courts stages payants.

Bien s’entourer et demander conseil

Le soutien de l’entourage est également primordial. Il est important d’entamer son projet de conversion dans l’artisanat en étant soutenu et entouré de ses proches.

Ce soutien peut également venir d’organismes tels que la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et Pôle Emploi. Il ne faut pas hésiter à pousser la porte de ces institutions, pour y recueillir de précieuses informations et être aiguillé dans ses démarches.

Enfin, aller tout simplement à la rencontre d’artisans en les interrogeant sur leur métier et quotidien permet d’obtenir de très bons conseils. Les entrepreneurs apprécient généralement parler de leurs parcours, de leurs réussites et de leurs difficultés.

Se former à l’artisanat

Entamer une reconversion dans l’artisanat impose de repartir au moins un temps sur les bancs de l’école. Il est nécessaire, pour un projet de ce type, de détenir a minima un CAP dans le domaine visé. Le CAP peut ensuite être complété par des diplômes complémentaires.

La formation peut se prolonger hors de l’école si l’on décide de reprendre une entreprise artisanale déjà existante. Cela permet d’apprendre encore davantage le métier, tout en faisant ses premiers pas dans l’entrepreneuriat. De nombreuses entreprises artisanales françaises sont ainsi à reprendre.

Un avantage : les anciens cadres présentent de nombreuses qualités pour leur entrée dans l’artisanat. Leurs compétences en gestion, comptabilité, informatique, communication… s’avèrent très précieuses.

Une raison de plus de suivre ses envies et de chambouler sa vie professionnelle !

Compte