Transition-One, l’entreprise de rétrofit qui redonne vie aux véhicules thermiques : Rencontre avec son fondateur et CEO, Aymeric Libeau

Fondée en 2018 par Aymeric Libeau, Transition-One est une entreprise de rétrofit. En seulement 4 heures, la start-up convertit une voiture thermique en voiture électrique.

Pour le Journal du Manager, Aymeric revient sur son parcours d’entrepreneur mais également sur son implication dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Pouvez-vous vous présenter ? Comment êtes-vous devenu entrepreneur ?  

Je suis Aymeric Libeau, j’ai eu 50 ans l’année dernière, que je n’ai d’ailleurs toujours pas fêtés ! Sans savoir ce qu’était vraiment l’entrepreneuriat, j’ai toujours eu l’envie de créer et cela depuis mes études. Malheureusement cela ne s’est pas fait, car la France n’était pas encore une « Start-up Nation ». En revanche, quelque chose me caractérise depuis très longtemps, c’est cette absence de peur du risque. Pendant un peu plus d’un an, j’ai eu une belle expérience en centrale nucléaire à développer des logiciels, ce qui correspondait à ma formation initiale. Après cela, j’ai effectué un service militaire qui m’a donné l’opportunité de devenir Casque bleu en ex-Yougoslavie. Même si je ne souhaite à personne de vivre dans un pays en guerre, ce fut une expérience humaine extraordinaire. À la sortie de ce service militaire, j’ai fait la rencontre de 4 personnes. Nous avons décidé à nous 5 de créer une entreprise : Pentalog. Aujourd’hui Pentalog c’est 1200 personnes dans le monde qui développent des logiciels pour l’Europe et les États-Unis. Cela fut évidemment une prise de risque d’aller en Roumanie en 1999, mais je suis une personne qui apprécie le challenge.

Le 6 juillet 2017 j’écoute le discours de Nicolas Hulot sur le plan climat, dans lequel il annonce la fin des ventes de véhicules thermiques pour 2040. Je ne me revendique pas écologiste, mais plutôt quelqu’un qui vit dans son temps, et il est important d’identifier ce qu’il pourrait arriver demain. Dans ce contexte, je me demande comment pouvons-nous faire évoluer les choses, car l’urgence climatique exige des changements de comportement. La problématique est de trouver une solution pour faire changer les comportements de toute une nation avec des ambitions sur le long terme. C’est à partir de cela que j’ai commencé à me poser les bonnes questions et à chercher les réponses. Je me suis demandé comment pourrais-je accompagner mes clients et répondre à la question : « Comment réduire rapidement et massivement les émissions de CO2 ? ». Tout part de là. Un de mes principes dans l’innovation est que nous devons faire de l’innovation avec ce que nous avons déjà en notre possession. C’est dans ce contexte que je décide de créer Transition-One.

Qu’est-ce que Transition-One, et à qui s’adressent vos services ?  

Transition-One transforme les voitures thermiques en voitures électriques, c’est ce que l’on appelle le rétrofit. Le constat que nous avons fait est que le problème n’est pas la voiture, mais le moteur. Pourquoi faudrait-il changer toute la voiture lorsque seulement le moteur pose problème ? Avec Transition-One, nous nous adressons aux personnes qui font peu de kilomètres, c’est l’une des raisons pour lesquelles nous ciblons les citadines. L’autre raison est que si nous considérons qu’une urgence climatique est présente alors la nécessité d’aller vite est capitale. Aucune transition écologique peut avoir lieu sans industrialisation… C’est pour cela que nous ne travaillons pas sur des voitures de type « collection » par exemple, en effet il en existe très peu en circulation.

Je me suis fixé comme mission de faire économiser 1 million de tonnes de CO2 en 10 ans. C’est à la fois beaucoup et très peu, mais je préfère choisir des objectifs atteignables sinon cela ne sert à rien. Le projet est de concevoir et de produire des solutions de mobilités propres pour lutter contre le réchauffement climatique et contribuer à la fin de l’utilisation des énergies fossiles. Pour arriver à ce résultat, nous nous sommes dit que nous devions viser les voitures les plus nombreuses et celles qui effectuent peu de kilomètres, donc les citadines et utilitaires. Transition-One est un projet européen parce que par rapport à mon passé, j’ai vu l’Europe évoluer et je suis fondamentalement un Européen. Mon échelle de pensée c’est l’Europe. Cela serait dommage, en tant qu’entrepreneur, de s’intéresser uniquement à la France alors que dans le monde automobile l’Europe est uniformisée. Je préfère détenir 1 % du marché en Europe plutôt que 1 % du marché en France. Cependant, la France reste un super terrain d’expérimentation.

Trouvez-vous que le marché de l’automobile en fait suffisamment sur la question de la transition écologique ? 

Il y a encore du chemin à faire. Si nous regardons la situation actuelle, les constructeurs commencent à se poser des questions sur l’utilisation des voitures thermiques, mais comme nous tous. Sauf qu’aujourd’hui l’urgence est bien là, aller vite devient nécessaire. À l’heure actuelle, les constructeurs ne me font pas d’opposition et sincèrement ils n’ont pas à en faire. Si aujourd’hui, 75 % des ventes de véhicules étaient des véhicules 100 % électriques, en 2035 seulement 30 % du parc serait électriques, donc proposer d’autres solutions est selon moi important.

Si la question est de savoir si les constructeurs sont sur la bonne voie, la réponse est oui. Je vois même plus loin, parce que ce n’est pas qu’un problème de voiture, c’est également un souci d’énergie. Je trouve que ce que fait Total est vraiment bien avec la migration qu’ils arrivent à faire. Réduire leur dépendance aux hydrocarbures est un chemin emprunté qui reste remarquable. Évidemment, c’est une très grosse industrie, mais il est indispensable que cette industrie pivote et se dirige vers d’autres énergies.

Quelle est votre opinion sur l’accès aux véhicules électriques par le grand public ? 

De nombreuses personnes se sentent concernées par les enjeux écologiques, mais qui n’ont malheureusement pas le budget pour accéder aux véhicules électriques. En effet, je peux vous affirmer qu’il n’y a pas que des profils CSP+ qui souhaitent faire avancer les choses. Avec Transition-One je m’attaque à un mass-market, ce sont ces personnes qui m’intéressent, celles qui souhaitent agir, mais qui n’en ont pas forcément les moyens. J’ai aussi discuté avec des personnes qui avaient les moyens de passer à l’électrique, mais qui ne souhaitaient pas investir, car elles ne se déplacent pas énormément en voiture.

Nous sommes sollicités par des personnes qui souhaitent contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Je trouve cela tellement intéressant et motivant que des personnes prennent conscience des choses et qu’elles cherchent la solution qui leur correspond. La difficulté du moment et de ces prochaines années est que de nombreuses solutions vont arriver. Évidemment, proposer du choix est une bonne chose pour le consommateur. Chez Transition-One nous apportons la simplicité en proposant le rétrofit. Le client apporte sa voiture et nous lui offrons une nouvelle vie, ce qui lui permettra par exemple de continuer à rouler dans le Grand Paris en 2024.

Quelles sont vos ambitions pour Transition-One pour les mois et années à venir ? 

La prochaine ambition est d’obtenir nos homologations. Nous devons passer une homologation par modèle de véhicule. Pour le moment nous n’en avons aucune, mais nous sommes dans un cycle qui va durer plusieurs mois. Les deux premières homologations seront pour la Renault Twingo et la Fiat 500. L’homologation est un long processus pour deux raisons : la première est que nous sommes audités pour de la sécurité donc nous faisons énormément de tests. La seconde est que cela coûte très cher. Savoir convaincre pour lever des fonds est une autre partie du job de l’entrepreneur.

Avec Transition-One nous savons que nous proposons une solution très rassurante, car nous gérons très bien les aspects sécurité et industrialisation. Cela prend peut-être un peu plus de temps que les autres, mais l’objectif est d’arriver à produire 100 000 voitures en 5 ans. Atteindre cet objectif nous permettra d’accomplir notre mission d’économiser le million de tonnes en 10 ans.

Auriez-vous des conseils à donner aux lecteurs du Journal du Manager souhaitant se lancer dans l’entrepreneuriat ? 

Go ahead !

Évidemment il ne faut pas faire n’importe quoi. Le plus important est d’avancer et non pas de regarder, savoir se lancer est crucial. J’ai entendu de nombreuses fois des personnes prétendre avoir de super idées, mais ne pas vouloir en parler par peur de se les faire voler pour que finalement elles ne voient jamais le jour. Ce qui fonctionne c’est l’action ! Bien sûr, apprendre est une possibilité. On peut vouloir être entrepreneur sans trop savoir ce qu’il faut faire, mais l’accès à l’apprentissage est aujourd’hui très riche. Un étudiant qui souhaite apprendre peut le faire, car dans toutes les universités des dispositifs entrepreneuriaux sont proposés. Des incubateurs se trouvent également dans toutes les régions.

Pour moi, les 3 règles dans l’entrepreneuriat sont : se lancer, trouver les bons associés et savoir vite écouter le marché. L’ordre n’a pas d’importance, mais selon moi ces 3 points sont essentiels pour entreprendre.

Nos remerciements à Aymeric Libeau, fondateur & CEO de Transition-One.
Propos rapportés par l’équipe de manager.one.

Compte